Rapport Sargentini : et maintenant ? Conséquences et analyse des votes

Rapport Sargentini : et maintenant ? Conséquences et analyse des votes

Vote du rapport Sargentini : le gouvernement hongrois dénonce une fraude électorale – les populistes derrière Orbán – les élus LR en France se scindent en deux – le Jobbik s’abstient – Kurz lâche Orbán

Parmi les défections infligées à Orbán, celle du chancelier autrichien Sebastian Kurz est de celles qui ont le plus surpris. Quelles en sont les raisons ? Fidélité au PPE, ordres de Berlin, ou volonté de s’éloigner de la figure gênante d’Orbán.

En tout état de cause, Othmar Karas le chef de la délégation autrichienne de l’ÖVP (le parti conservateur autrichien du chancelier Kurz) a été sans détour : “Notre Europe est celle de Juncker, pas celle d’Orbán.” Othmar Karas s’est également prononcé en faveur de la suspension du Fidesz du PPE.